Coronavirus : pas de fermeture de frontière entre la Suisse et la France pour l’instant

  • Le 13/03/2020 à 17:17
  • Dans Actualités
  • 0 commentaire

Aucune fermeture de poste-frontière avec la France n’est pour l’heure envisagée, indique l’Administration fédérale des douanes suisses. « Ce qui ne veut pas dire que ça ne peut pas arriver », précise le service.

Topelement

La rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre, ce jeudi 12 mars, dans les entreprises de la bande frontalière avec le Haut-Doubs : les autorités helvètes pourraient fermer certains postes-frontières avec la France pour endiguer la propagation du coronavirus. Comme elles l’ont fait avec l’Italie. L’Administration fédérale des douanes suisses dément.

« Nous n’avons eu aucune information en ce sens », indique-t-on d’emblée à la centrale de renseignement. Aucune fermeture de poste-frontière n’est pour l’heure envisagée. « Ce qui ne veut pas dire que ça ne peut pas arriver », précise le service des douanes suisses.

Une telle mesure a déjà été mise en œuvre par les autorités helvètes, ce mercredi 11 mars, du côté de la frontière avec l’Italie. « Neuf postes-frontières secondaires ont été fermés », explique le directeur de l’administration fédérale des douanes, interrogé par l’agence télégraphique suisse. Objectif : canaliser le trafic frontalier vers les grands passages frontières. « Le but n’est pas de bloquer le passage, mais de mieux surveiller les allers et venues », poursuit M. Bock. « La frontière avec l’Italie reste ouverte pour les quelque 70 000 travailleurs frontaliers. »

L’ensemble du personnel soignant réquisitionné jusqu’à fin avril à l’hôpital de Lausanne

 

« Pour l’instant, la propagation du coronavirus semble partiellement maîtrisée dans les entreprises », estime un employé d’une société horlogère dans le canton de Neuchâtel. Des mesures drastiques ont été prises pour préserver la santé du personnel. Il détaille : « Prise de la température des employés avant la prise de poste, service individuel dans les cantines, pauses tournantes pour éviter une concentration trop importante de salariés à un même endroit, ou encore déplacement des machines pour respecter les distances de sécurité prescrites par l’Organisation mondiale de la santé… » Des dispositions essentielles alors que la Suisse est la troisième nation européenne la plus touchée par rapport au nombre d’habitants, avec 613 cas confirmés et quatre décès. Signe de l’inquiétude qui règne, la direction du centre hospitalier universitaire de Lausanne a annulé les congés de l’ensemble du personnel soignant jusqu’à fin avril.

Source: estrepublicain.fr

 
  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire