Déconfinement : la France rouvre les frontières avec ses voisins, la situation pays par pays

  • Le 14/06/2020 à 10:40
  • Dans Actualités
  • 0 commentaire

Fermées à cause de la crise du coronavirus, les frontières entre la France et ses voisins rouvrent progressivement. Le 15 juin est une date clé mais pas unique : France Bleu fait le point.

0603381201114 web tete

 

La pandémie de coronavirus a conduit les pays européens au mois de mars à renforcer les contrôles voire à fermer leurs propres frontières pour tenter de limiter les risques. Avec la levée du confinement, les restrictions se lèvent, en ordre dispersé, même si le 15 juin est une date pivot pour les trois quarts des Etats membres de l'Union européenne. La fin des contraintes est attendue par ceux qui veulent voyager en Europe, mais aussi par les millions de Français qui vivent en zone frontalière. 

La Commission européenne, à Bruxelles, a préconisé jeudi la levée de toutes les restrictions de voyage au sein de l'Union européenne et de l'espace Schengen (26 pays dont la Suissedès le 15 juin, et la réouverture des frontières extérieures de l'UE dès le 1er juillet aux voyageurs des Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Monténégro, Macédoine du Nord, Serbie). La France ouvre ce lundi ses frontières avec ses voisins européens, sauf l'Espagne (voir plus loin dans cet article).

L'Allemagne s'aligne sur la France

La réouverture de la frontière franco-allemande ne se fera finalement pas à deux vitesses. Au départ, l'Allemagne devait lever ses barrières dans la nuit du lundi 15 au mardi 16 juin, alors que la France comptait le faire la nuit précédente. Finalement, Berlin a décidé d'ouvrir sa frontière le 15 à minuit, comme Paris. Cette cacophonie agaçait les politiques alsaciens qui regrettaient le manque de concertation entre les deux pays. 

Fermée unilatéralement par l'Allemagne, le 16 mars, la frontière s'est progressivement déverrouillée, pour les travailleurs frontaliers et les familles. Mais pour des milliers d'Alsaciens et de Mosellans, il n'était toujours pas possible d'aller faire du shopping outre-Rhin ou se distraire, comme à Europa Park. Conséquence inattendue de cette fermeture des frontières : la hausse des achats de cigarettes en zone frontalière en France, le temps du confinement.

La Suisse rouvre sans restriction le 15 juin

La Suisse a attaqué son déconfinement le 27 avril, mais les frontières restaient fermées, sauf dérogation pour les travailleurs frontaliers, notamment, en Alsace, Franche-Comté ou encore Haute-Savoie. Et encore, tous les points de passage n'étant pas ouverts, les sept postes frontières disponibles sur 19 en Franche-Comté, par exemple, donnaient lieu à des embouteillages monstres. Cette fois, le 15 juin, la Suisse lève les restrictions liées à la crise sanitaire, avec la France et tous les pays de l'Union européenne.

Le Luxembourg dépiste les travailleurs frontaliers

Le Luxembourg a également restreint l'accès à son petit territoire et fortement incité ses 200.000 travailleurs frontaliers au télétravail. Le Grand Duché espère la réouverture la plus large possible le 15 juin. Son Premier ministre, Xavier Bettel est un grand défenseur de la libre circulation.

Plus de 100.000 Français travaillent au Luxembourg. Ils sont concernés par un vaste plan de dépistage engagé le 3 juin par les autorités. Le Grand Duché veut dépister un million de personnes d'ici fin juillet.

L'Italie a pris de l'avance

L'Italie a rouvert tout grand ses frontières le 3 juin, poussée notamment par la nécessité de relancer le tourisme. Cette initiative a été diversement appréciée dans l'Union européenne, la Belgique condamnant par exemple "une forme de concurrence touristique". Par ailleurs, comme l'explique France Bleu Azur, la réciproque n'était pas vraie : avant le 15 juin, les Italiens ne peuvent pas séjourner en France sans un motif valable, impérieux ou professionnel.

La Belgique : 15 juin

La Belgique va rouvrir la frontière avec ses voisins le 15 juin. Une mesure très attendue par les commerçants des zones frontalières françaises. Dans la "pointe ardennaise", 70% de la clientèle des commerçants français est belge. Lundi 15 juin, le bourgmestre de Florenville, dans la Belgique frontalière des Ardennes organise une fête de réouverture de la frontière dans un café, une fête avec toutes les précautions sanitaires contre le coronavirus.

L'Espagne à la traîne, mais pas pour tout le monde

Le gouvernement espagnol a fixé au 1er juillet la date de la réouverture de ses frontières, de la reprise du tourisme international et de la fin de la quarantaine imposée à tout entrant depuis le 15 mai. En conséquence, la France a annoncé que les mesures prises à la frontière espagnole resteraient en place jusqu'au 21 juin -date de la fin de l'état d'alerte en Espagne-, appliquant ainsi le principe de réciprocité.

L'Espagne se démarque doublement car, malgré le prolongement des restrictions à ses frontières, elle lance le 15 juin un projet pilote à destination des touristes de certaines nationalités. Des Allemands, des Français et des Scandinaves seront autorisés à se rendre aux Baléares, dans le cadre d'un accord avec les autorités locales et un tour-opérateur.

L'Andorre depuis le 1er juin

La Principauté d'Andorre a rouvert sa frontière le 1er juin, ce qui a occasionné d'impressionnants embouteillages. Les clients français se sont rués. Selon les autorités andorranes, 13.000 Français se venus faire des courses entre le 1er et le 2 juin.

Et ailleurs en Europe ?

Pour la Grèce, ce lundi, c'est le lancement de la saison touristique avec la réouverture des aéroports d'Athènes et Thessalonique aux vols internationaux. Le pays rouvre ses frontières à la majorité des touristes du continent européen, mais aussi de plusieurs coins du globe (Australie, Japon, Corée du Sud, Chine, Israël, Liban), à l'exception notable du continent américain, dont les vols pourraient être rétablis après le 1er juillet. 

La Grande-Bretagne n'a jamais fermé ses frontières et n'aura donc pas à les rouvrir formellement le 15 juin. En revanche, elle impose depuis le 8 juin une quarantaine de 14 jours à tous les voyageurs arrivant de l'étranger, y compris les Britanniques, pour éviter l'importation de nouveaux cas. 

Certains pays européens ne sont pas pressés d'ouvrir grand leurs frontières. C'est le cas du Danemark, qui a prévu de ne rouvrir le 15 juin qu'aux Allemands, Norvégiens et Islandais et repoussé à la fin de l'été l'accès à son territoire de l'ensemble des ressortissants de l'UE et de ceux du Royaume-Uni. Le Portugal, comme l'Espagne, a évoqué un assouplissement pour le 1er juillet.

La Commission européenne admet que certains Etats "aient besoin d'une semaine ou deux" de plus, mais le plus important aux yeux de Bruxelles serait que les frontières au sein de l'espace Schengen soient rouvertes, avant de commencer à le faire avec les frontières extérieures. Pour celles-ci, la commissaire Ylva Johansson a souligné jeudi qu'il n'était"pas encore possible" de procéder à une "levée générale" de l'interdiction des voyages non-essentiels vers l'UE, en vigueur depuis le 17 mars. 

Elle plaide pour un assouplissement partiel et progressif, après le 30 juin, avec les pays qui ont une situation sanitaire "similaire ou meilleure" que celle de l'UE. Pour les autres, les Etats membres doivent débattre sur une liste de pays autorisés, en fonction de leur situation sanitaire, des mesures qui y sont prises pour faire face à la pandémie et d'un principe de réciprocité.

 

source: francebleu.fr

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire